La conscience morale comme norme subjective de l'agir moral.

La conscience morale est une norme subjective de l'agir moral qui oriente le destin de la personne et de la société. Car l'effondrement de la conscience c'est aussi l'effondrement de la personne, de la société et de toute une civilisation. Cet effondrement empêche la réalisation du destin individuel et communautaire. Ce destin est complexe, historique et eschatologique pour le chrétien. Il engage la totalité de l'homme, image de Dieu appelé à se réaliser pleinement, invité au développement intégral "de l'homme et de tout l'homme", mais surtout convié à connaître, à communier et à vivre dans le sein de Dieu Père, Fils et Saint Esprit dans cette vie présente et avenir. Le chrétien est condamné également à connaître, à communier et à vivre l'agape de Dieu envers son prochain et sa société dès ici bas dans une tension eschatologique vers l'avènement du règne de Dieu.  Et pour réaliser son destin, la personne agit librement certes, mais dans un monde de valeurs et de réalités dans lequel elle est toujours en situation. Ce monde est toujours en contradiction avec les injonctions intimes de la conscience fondamentale comprise positivement comme cet acte où l'on accepte, au moins implicitement, le Dieu de la révélation à travers ses décisions particulières dans sa vie quotidienne. Il a une morale qui consiste en un ensemble de convictions, des coutumes et d'accords tacites d'une société corrompue par le péché. Une telle morale s'oppose à celle de la conscience fondamentale. Face à cette morale du monde, la personne doit se décider. Suivre sa conscience au risque de perdre la vie telle qu'elle est voulue selon la morale de l'environnement et puiser dans sa conscience l'énergie de lutter pour plus de justice, de charité, de paix, d'amour, de joie, bref pour la restauration de la dignité de la personne, c'est assumer l'horizon de son histoire, c'est-à-dire accomplir de manière autonome sa mission historique singulière en se rendant d'abord justice à soi-même, ensuite engager sa destinée et sa mission en faveur de la communauté au prix des sacrifices, de profonde solitude, de mépris, de martyr et d'ingratitude. Et enfin, si l'on est chrétien, c'est assumer son horizon ecclésial, à savoir offrir sa vie pour ceux qu'on aime à la manière du Christ. Mais beaucoup de gens, enfants, adolescents et adultes se cachent derrière, la fourberie, le mensonge, l'égoïsme, les instincts jouisseur, profiteur et celui de vanité pour réclamer les bonnes intentions qui président leurs actes parce qu'ils agissent conformément à leur conscience et surtout de "bonne foi" disent-ils.  Chrétiens ou non, des personnes sont aussi concernés par ce désir d'agir conformément à sa conscience tant au niveau de l'individu que de la société dans ses différentes instances, à savoir la famille, la politique, l'économie, l'éducation, le judiciaire, la religion, le domaine social, la culture, spécialement les mass média, les droits de l'homme et le domaine militaire.  La réalité de la conscience est un problème universel et complexe qui n'épargne aucune culture, aucune tradition, aucune époque, aucune personne, aucune démocratie, aucun régime et système politique. Agir conformément à sa conscience morale chrétienne qu'est-ça dire? Pour cerner la réalité de la conscience morale, notre méthode se veut inductive et historico-critique en utilisant les différentes sciences appropriées, à savoir la théologie, la psychanalyse et la philosophie. Nous voulons réaliser une étude interdisciplinaire de morale fondamentale. Le sujet abordé est certes très interessant et actuel. Il est même vaste parce qu'il nécessite un tour d'horizon enrichissant et complexe sur ce qui a été dit par d'autres sur la conscience morale mais aussi sur nos vues personnelles et originales sur la notion de la conscience morale dans notre tribu Bankanu(Bas-Congo) et sur son ouverture à la conception actuelle. Un travail de ce genre a été très difficile à réaliser parce qu'il a exigé une forte capacité de saisir l'essentiel et de le résumer sans le trahir. Nous ne savions pas jusqu'où devrait amener nos recherches sur la conscience morale. Tout s'est clarifié seulement au terme de notre investigation théologique grâce aux conseils et remarques des personnes ressources en ce domaine. Vu le vaste champ de notre recheche et de la richesse du thème, nous commençons notre étude par "l'état de la question:une étude interdisciplinaire de morale fondamentale"(I). A ce propos il s'agira d'expliciter le pourqoui d'une étude interdisciplinaire avant de préciser la compléxité , la modernité et la contemporainété du problème. Nous voulons traiter notre travail en trois grandes parties. ( A SUIVRE ).

Source: Ma mémoire de Licence en Théologie morale fondamentale.

Abbé Hubert Adelain Mayituka Mangangula.

Desservant-Curé d'Orbais.

Les commentaires sont fermés.