• BENOIT XV et BENOIT XVI: HUIT ANS DE MINISTERE DE SAINT-PIERRE.

    Le 11 février 2013, le saint Père, le Pape Benoît XVI a annoncé sa décision de se retirer et de démissionner officiellement le 28 février 2013 à 20H00 laissant le ministère de Saint-Pierre comme évêque de Rome et Vicaire du Christ pour l'Église Une, Sainte, Catholique et Apostolique à ses successeurs donnant la possibilité au conclave qui va s'ouvrir pour élire le nouveau Pape. Élu pape en 2005, il démissionne en 2013. Son ministère de saint-Pierre aura duré 8 années.

    Beaucoup des gens à travers le monde entier se demande pourquoi le Pape a-t-il demissioné? Les raisons qu'il a donné pour démissionner sont elles crédibles ou y-a-t-il autre chose? C'est l'occasion de saisir ce geste historique pour amplifier des interprétations qui sont du pain béni pour le marketing, la visibilité et l'économie du marché afin de vendre les journaux mais aussi de dissiper et de faire oublier des problèmes systémiques, structurels liés au mal dans le monde, à la souffrance et à la corruption tant à l'intérieur de l'Église qu'à l'extérieur de l'Église.

    Dieu connaît les coeurs des humains et aussi le coeur du Pape Benoît XVI qui en âme et conscience a eu la certitude de ne plus être apte à conduire l'Église Une, Sainte, Catholique, Apostolique sentant ses forces diminuées et au regard de la responsabilité que l'exercice du ministère Petrinien exige dans le monde contemporain plein des défis, des souffrances, des espoirs et des espérances. Le geste du Saint Père le Pape Benoît XVI de démissionner est un geste qui rejoint la possibilité légale canonique du saint Père d'abdiquer à son ministère Petrinien s'il constate en âme et conscience et en toute lucidité et liberté de qualité qu'il ne peut exercer correctement sa mission à cause de de la diminution de ses forces physiques, mentales, spirituelles et morales. Or le saint Père le Pape Benoît XVI a encore des forces mentales, spirituelles et morales car il promet la proximité spirituelle de communion de communion avec son successeur, avec le collège des cardinaux, les évêques et l'ensemble des chrétiens catholiques du monde entier et toutes les personnes de bonne volonté, même si sa visibilité extérieure ne sera plus possible pour montrer sa fidélité à la Parole du Christ qui dit que "quand tu as rempli correctement ton devoir, dis toi que tu es un serviteur quelconque. Ici nous retrouvons la dynamique de Jean-baptiste, en baptisant Jésus: qu'il grandisse pour que moi je diminue...

    Mais comment ne pas chercher les raisons spirituelles profondes de la démission du Saint-Père Benoît XVI dans le choix initial de son nom pontifical à la suite de Benoît XV? Je crois sincérement et j'y penses avec lucidité critique que dès son acceptation de conduire l'Église, Une, Sainte, Catholique et Apostolique en 2005 et pour avoir choisi le nom papal de Benoît XVI, le saint Père le Pape Benoît XVI s'est fait spirituellement, réellement, pastoralement, sociétalement et humainement le successeur du ministère de Saint Pierre dans la lignée de Benoît XV qui lui aussi fut un pape de transition et qui exerça le ministère petrinien durant huit année.  Le Pape Benoît XVI a écouté ces paroles dans son coeur: EH MOI JE SUIS UN JEUNE HOMME COMMENT JE VAIS AGIR EN CHEF? (Roi Salomon, le livre des Rois). IL a également ecouté ces paroles: " Comment rendrais-je à Yahvé tous les biens qu'il m'a comblé" (Psaume). Il a également médité ces paroles de Simon Pierre: " Seigneur, tu sais tout, tu sais bien que je t'aime" (Saint Jean). Il a accepté la mission que le Christ lui a confié: " Tu es Pierre et sur cette Pierre, je batirai mon Eglise" (Saint Jean). Alors comment comprendre sa démission sinon qu'en revisitant le Pape Benoît XV (1914-1922)?

    Quand on lit "L'histoire des Papes de saint Pierre à Jean-Paul II, paru en 2000 aux éditions Tallandier on découvre ce qui suit à la page 132: " Benoît XV. Ayant à gérer le drame de la première guerre mondiale, Benoît XV fait entrer l'Église dans le XXes. en prenant sa place de guide spirituel et d'artisan de paix." " La première guerre mondiale éclate trois semaines avant la mort de Pie X, engageant totalement l'Église et la papauté dans ce premier des grands drames du XXe siècle, conflit alors le plus meurtrier de toute l'histoire humaine, En France,  les anticléricaux qui, comme touts les combattants partent "la fleur au fusil", réclament: "les curés avec nous'". Dans le conflit qui s'ouvre, comment un nouveau pape peut-il être un artisan de paix?

    Benoît XV (1914-1922)

    Dans ces circonstances dramatiques, le choix d'un pape rompu à la diplomatie et à l'expérience pastorale est heureux. Benoît XV est un esprit ouvert et non conformiste, à la fois audacieux et prudent. Il est aussi lucide. En 1917, il suggère l'institution d'une procédure internationale d'arbitrage rétablissant " la force suprême" du droit. Il propose un certain nombre de dispositions territoriales et de compensations financières destinées à favoriser la paix. Il parle de "massacre inutile" et suscite ainsi un tollé chez les combattants qui considèrent qu'une telle position porte atteinte au moral des troupes... En France, on dénonce le pape "boche"; en Allemagne, on l'accuse de vouloir une paix française. Et le Saint-Siège est tenu à l'écart des négociations de paix et de la Société des Nations, qu'il appelait pourtant de ses voeux.

    Benoît XV parvient néanmoins à faire admettre les échanges des prisonniers, et installe au Vatican une "seconde Croix Rouge" pour favoriser l'information des familles et les rapatriements des blessés et prisonniers des deux camps. Ses efforts permettent aussi, en pleine guerre, le rétablissement des relations interrompues depuis 1905 avec la France.

    Un pape de transition

    Benoît XV est, au sens le plus positif du terme, un pape de transition. Il engage résolument l'Église dans les débats du siècle, met un terme à la chasse aux sorcières déclenchée par la crise moderniste. Il développe le dialogue intellectuel et les sciences religieuses, et fonde la Congrégation des Séminaires et des Universités. Il crée un Institut des hautes études orientales, où les Grecs catholiques côtoient les orthodoxes; il encourage le dialogue avec l'Église anglicane. Il célèbre le sixième centenaire de la naissance de Dante par un texte admirable sur la culture et fait publier une édition populaire du Nouveau Testament pour encourager la lecture de la Bible. Il développe les missions en suscitant la promotion d'un clergé indigène. Sa recherche de l'unité, de la réconciliation et de la paix inaugure ainsi le dialogue de l'Église et du monde contemporain qui sera la marque de tous les papes du XXe siècle."(Histoire des Papes de saint Pierre à Jean-Paul II,Tallendier, 2000).

    Comme nous pouvons le constater avec humilité et modestie, les grandes lignes du Pontificat du saint Père le Pape Benoît XVI, bien qu'actualisés par rapport aux défis contemporains, s'inscrivent fondamentalement dans la lignée apostolique ininterrompue avec une communion spirituelle, humaine, pastorale, sociétale et ecclésiale particulière avec son prédecesseur le Pape Benoît XV  qui exerça le ministère de Saint Pierre de 1914 à 1922 durant huit année.

    Fort de cet enseignement historique, le programme et les grandes lignes du Pontificat du successeur du Pape Benoît XVI seront concentrés dans le choix de son "NOM" par lequel, pour lequel et avec lequel il exerçéra le ministère petrinien, le ministère de Saint-Pierre. Ne dis-t-on pas qui vivra, verra?

    Et que dire de la morale dans le Royaume du Kongo chez les Bakongo par rapport aux enjeux de la nuctosophie, du secte de Kimpasi et de la prise de la parole publique dans le contexte de l'évangélisation de l'Ancien Royaume du Congo? Actualités? Inactualités? Persistances?  Mais pourquoi faire ? ( A suivre). Père Hubert Adelain MAYITUKA  MANGANGULA. Desservant. Curé d'Orbais. (PERWEZ).

  • Réunion de prière pour la guérison du coeur humain:Basilique de Koekelberg.

    Avant de poursuivre notre réflexion sur la morale dans l'Ancien Royaume du Kongo chez les Bakongo au regard du révérend père Van Wing pour déceler la reliance entre nuctosophie, secte de Kimpasi, morale, prise de parole publique et agir pluriel, nous vous proposons cette invitation de monseigneur André-Joseph Léonard, Archévêque de Malines-Bruxelles pour le 9 mars 2013 à la Basilique  de Koekelberg pour la réunion de prière pour la guérison du coeur humain dès 15H00 à 22H00.

    "Gebedssamenkomst

    Réunion de prière

    ‘Voor de genezing

    van het menselijk hart’

    ‘Pour la guérison

    du coeur humain’

    Op uitnodiging van / À l’invitation de Mgr. André-Joseph Léonard

    Avec la participation de / met P. Michel-Marie Zanotti-Sorkine (Marseille)

    zaterdag / samedi 9 maart/mars

    basilique / basiliek Koekelberg

    15.00 u/h - 18.00 u/h :

    Accueil - témoignage du Père Zanotti-Sorkine - Eucharistie et adoration

    Welkom - getuigenis van pr. Zanotti-Sorkine - Eucharistie en aanbidding

    18.00u/h - 19u/h :

    Pauze en pick-nick / Break et pique-nique

    19.00u/h - 21u/h :

    Louange, soirée de prière et d’intercession, témoignages en présence du Saint Sacrement

    Lofprijzing, gebedsavond met voorbede, getuigenissen en zegen met het H.Sacrament

    21.00u/h - 22u/h :

    Stille aanbidding / Adoration silencieuse

    Ed.respons. / Verantw.uitg.

    Renouveau Charismatique, rue de la Linière 14, bte 51 à 1060 Bruxelles

    Katholieke Charismatische Vernieuwing, Kortrijkstraat 17, 8700 Tielt ".

    Et que dire de la morale, de la nuctosophie, de la prise de la parole publique et de l'agir pluriel dans l'Ancien Royaume du Kongo chez les bakongo? (A suivre). Père Hubert Adelain Mayituka Mangangula. Desservant. curé d'Orbais. (PERWEZ).

  • La sécularisation: chance ou malchance en Amérique du Nord et en Europe occidentale?

    Le climat de sécularisation est à prendre en considération dans ses aspects négatifs et positifs par délà la marginalisation, la vengeance surtout que par le passé on a fait la pluie et le beau temps, précise monseigneur André Joseph LEONARD, Archévêque de Malines-Bruxelles. Mais poursuit-il, la sécularisation dans ses aspects positifs est une opportunité. C'est la chance de pouvoir vivre notre mission d'une manière neuve en misant sur l'authenticité de l'annonce du témoignage que nous faisons et en misant sur la liberté des personnes de croire, de célébrer et de vivre la joie d'être chrétien parce qu'ils auront trouvé que c'est là où se trouve la vérité. Il s'agit de cheminer dans la croissance à l'exemple de sainte Thérèse d'Avila.

    Si les gens adhèrent aujourd'hui à la foi c'est par adhésion profonde où on ose aller à contre courant pour oser s'affirmer comme chrétien. La sécularisation est une chance pour l'évangélisation. Le synode des évêques a abordé d'autres questions brûlantes et interpellantes liées à la rencontre réussie et à l'ouverture.  Et que dire de la confrontation expérientielle avec l'Islam? La manière dont on se situe par rapport à l'Islam dominant ou dominateur, c'est un défi pour l'annonce de l'évangile pour beaucoup d'autres évêques dans le monde. Comment voir cela comme une provocation pour avoir une identité claire, pour savoir qui nous sommes réellement? Exemple concret: comment vivre le carême chrétien en prenant l'exemple sur le Ramadam?  Le synode des évêques a également traité de la situation de la famille. L'enjeu de la famille, de l'éducation, de l'enseignement et de la proximité aux jeunes est une exigence de responsabilité pour l'avenir de l'humanité dans la construction du sens et de la croissance notamment spirituelle, sociétale et humaine. La famille est le sommet des valeurs les plus appréciées mais aussi les plus eprouvées par des expériences des échecs, des souffrances... L'éducation est un grand défi dans le contexte scolaire, défi pas facile à relever.

    Le contact avec les jeunes est à prendre au sérieux avec beaucoup d'imagination pour les rejoindre. La difficile confrontation des beaucoup des croyants avec la souffrance, la maladie, le mal, le malheur doit nous interpeller davantage sur le plan doctrinal et pastoral. La principale objection à la foi, aux mesquineries, aux fautes, aux déficiences, aux fragilités, aux péchés des pasteurs est la question de la réalité du mal. Que dire? Pas facile à dire. Comment concilier dans le credo: Père et Tout Puissant, Créateur de l'Univers visible et invisible avec le paradoxe de la compréhension de tant d'horreurs, des souffrances qui ne dépendent pas de notre liberté personnelle? La terre nourricière nous porte et nous avale, les bactéries, les plaques tectoniques, les épidemies, les tsunamie... ont -ils le dernier mot? Que dire et comment comprendre Père: vraiment Père? Tout Puissant: vraiment tout Puissant? Où Dieu est-il? Qu'est-ce qu'il fait? Est-ce qu'il regarde la tragédie humaine? Qui est-il ton Dieu? Quelle est notre parole, nous qui sommes porteurs de la bonne nouvelle? Le monde est si beau mais aussi cruel. Jésus y jette une lumière à ce propos. Que dit Jésus à propos du mal? Le mal existe-il uniquement  pour le moi égoïste?(Boudhisme); SPINOZA (tout est positif)? PASCAL? DESCARTES?

    Comment prendre le geste de Jésus: Jésus qui pleure à la tombe de LAZARE. Jésus qui va à la mort dans l'angoisse. Jésus qui crie le Dieu absent? Jésus respecte le mal et par sa résurrection, il nous montre que ce monde-ci n'est pas le premier mot et le dernier mot de la Création.  Saint Paul; JOB 6,7.

    Dans l'Ancien Testament le grand désir de juif pieux si c'était possible est de voir le désir de Dieu. Job prie Dieu pour cesser de le regarder pour qu'il vive en paix. La révolte, le cri de Job a été repris par Jésus ( Seigneur pourquoi m'as-tu abandonné?). Ce cri habite les coeurs de tous les hommes. Être là, silencieux dans la souffrance et le malheur des gens. Pour avoir une parole pour les gens qui trouvent que la foi devient difficile et impensable, il importe soi-même de se remettre en question et de se convertir en permanence. Il s'agit de nous laisser former, informer par la parole de Dieu qui nous habite et apporte l'esperance aux coeurs des gens fragiles (Rm8). Mais quelle est la place de l'adoration au saint Sacrement dans ma vie chrétienne, baptismale et sacerdotale? Comment suis-je impliqué et attentionné par rapport aux Journées Mondiales de la jeunesse notamment à RIO? Evangéliser me semble-til c'est faire rencontrer le Christ, faire participer les jeunes, soutenir et accompagner leurs actions avec le regard évangélique du Christ. Comment faire en sorte que la journée du 28/2/2013 soit dédiée à une eucharistie d'action de grâce dans chaque Vicariat à 20H00 pour le départ du Pape Benoît XVI?

    L'archévêque poursuit ses réflexions en s'inspirant dy Synode pour poser des questions pastorales pratiques liées à un souffle nouveau pour la mission dans le Vicariat du Brabant Wallon, mieux dans les paroisses et communautés respectives, lieux de proximité. Pourquoi pas aller beaucoup plus loin pour dégager des propositions concrètes au régard du Synode des évêques poursuit-il?

    Voici les suggestions pratiques de monseigneur André-Joseph LEONARD, Archévêque de Malines-Bruxelles:

    "1- Prier et accueillir l'ESPRIT SAINT. Pourquoi et comment? Nous travaillerons sur rien et sans fruit si nous ne travaillons pas pour notre inspiration sur notre propre prière, sur notre propre foi qui trouve son encrage en Jésus-Christ ressuscité. Il s'agit de revisiter Jn 4, l'image de la Samaritaine pour grandir dans le basculement de l'évangélisé à l'évangélisatrice. Car sur son témoignage, sa parole tous s'approchent de Jésus puis s'approprient eux-mêmes l'évangélise et deviennent évangélisateurs, au service de la mission. Il s'agit pour nous de nous laisser évangéliser comme prêtres nous-mêmes évangélisateurs. Comme le suggère le 5éme dimanche de l'année C poursuit l'archévêque, les apôtres pécheurs qui n'ont rien fait après avoir peché obéissent à l'ordre de Jésus-Christ et avancent en eau profonde puis y jettent le filet. Un charpentier qui donne un conseil à des experts du métier qui n'ont rien eu toute la nuit. Ils vont obéir à la parole de Jésus et la pèche surabondante entraîne l'effroi chez Pierre. (Éloigne-toi de moi, Seigneur, car je suis un homme pécheur). 

    La peche miraculeuse, surabondante est le fruit de ce qu'ils ont accepté de regarder le Seigneur, d'obéir à lui et de vivre selon le plan du Seigneur lui-même.  Etre auprès du Seigneur, pour être inspiré par son esprit de Pentecôte est une grâce lumineuse du prêtre en mission paroissiale.

    2-Le rôle permanent de la paroisse.

    Ce rôle est diversement articulé par rapport à des petites entités, à des élargissements, à des regroupements, à des fusions. Mais quelque soit la modalité structurelle organique, le rôle permanent de la paroisse demeure essentiel. La paroisse est le lieu de la proximité ( paroisse: fontaine du village); le lieu où l'Église vit concrètement là où vivent au quotidien les hommes, les femmes, les jeunes, les enfants, les bébés, les personnes âgées, les étrangers. Lieu de proximité, de vie concrète au quotidien, la paroisse est également le lieu de fraternisation, d'écoute, d'annonce, de diaconie, de prière, d'adoration, de célébration, bref lieu du croire, du célébrer et de vivre de l'évangile dans la société et dans l'Église.

    La paroisse est le lieu d'evangélisation qui devrait être à l'écoute et accueillir les missions paroissiales pour accompagner des programmes de renouveau des paroisses c'est-à-dire des programmes articulés, des retraites organisées par les paroisses en s'appuyant sur les forces vives de la paroisse, des autres paroisses, des forces vives des associations formelles et informelles, des mouvements en communion avec l'évêque du lieu. Ici l'exemple de la communauté de Verbe de vie à Fichermont est très parlant comme lieu de ressourcement mais aussi lieu où les paroisses peuvent faire appel pour les inviter à animer une mission, une récollection, pour faire participer les paroissiens, les catéchistes, les familles, les enfants, les jeunes à la vie de l'Église dans ce lieu. Il s'agit d'accueillir également toutes les nouvelles communautés pour bénéficier de leur aide et programme d'évangélisation.

    3- Intégrer la pieté populaire.

    L'archévêque encourage des paroisses qui honorent la pieté populaire. Par exemple la prière du rosaire, le salut et l'adoration au saint sacrement, le culte des saints, les lieux du pélérinage pour que les paroisses soient redynamisées comme des véritables cellules vivantes capable de promouvoir effectivement la rencontre personnelle et communautaire avec le Christ vivant par excellence. C'est la première mission et le premier but de la paroisse.

    4-Faire l'expérience de la richesse de la liturgie.

    La liturgie est le lieu de l'évangélisation qui exige la vérité, la beauté, la chaleur, la vie pour encourager la vie des cellules paroissiales de l'évangélisation en faisant des expériences pastorales ici et là.

    5- Assurer une formation initiale et permanente.

    Quand un curé prend sur lui l'organisation de la catéchèse et de la fondation de la communauté, il y a des familles vives, des jeunes qui grandissent dans la foi et cela entraîne l'emergence des vocations sacerdotales et religieuses. Les paroisses sont des cellules vivantes où on éduque aux liens entre la foi, l'espérance et la charité pour la foi dans la charité afin de grandir dans la foi et de grandir dans le sens de la diaconie, de la charité.

    Confessio et Charitas a dit le Pape Benoît XVI au synode des évêques sur l'évangélisation. L'union entre la confession de la foi et la charité est primordiale et vitale, voir évangélisatrice. Confession de notre foi, de notre pauvreté humaine, de nos fautes, de la beauté de Dieu et de la charité. Mais comment dans une assemblée multicontinentale, multinationale vivre l'évangélisation renouvelée aujourd'hui en Brabant Wallon?

    a- Travailler ensemble.

    Là où vous êtes , planter l'évangile dans les coeurs et dans les vies. Cultiver la proximité pour partager les défis, prier ensemble et cherchez ensemble les meilleurs moyens d'evangéliser dans l'humilité. Les prêtres qui travaillent ensemble dans la joie et l'enthousiasme offrent un témoignage éloquant aux autres qui les voient travailler de concert sans être dans un rapport de force de deux coqs qui se battent. Il ya des lieux où des prêtres vivent ensemble à deux, voir à trois avec notamment un diacre... Dans le Brabant Wallon plusieurs prêtre qui se trouvent dans un même secteur sont appelés à travailler ensemble.

    b- Ensemble avec votre doyen, votre vicariat cherchez à envisager des entreprises des formations initiales et permanentes par doyenné et par région. Veuillez promouvoir des programmes de catéchèse publique décanale dans la durée (programmation décanale pastorale), tout en amplifiant la formation intellectuelle, la formation doctrinale, morale pour eclairer l'intelligence qui va eclairer la volonté qui doit se convertir.

    c- Travailler ensemble pour que dans plusieurs endroits de vicariat qu'il y ait des lieux exemplaires, attractifs sur le plan de la liturgie; qu'il y ait des lieux des pélérinages pour rayonner, soutenir dans la complémentarité le rayonnement comme à Basse wavre. Il s'agit de renforcer le plan des ressources humaines, chorales, finances...pour avoir des lieux exemplaires des ressources liturgiques rayonnantes pour une liturgie exemplaire, belle, attirante, parlante. Exemple à Montigy dans le diocèse, voir à Grimbergen où il y a aussi une belle liturgie qui rayonne sur la partie flamande. Cultivons et cultivez des lieux exemplaires d'une liturgie qui transpire de la gloire de Dieu, touche les coeurs, rejoigne les gens avec une liturgie catholique, romaine digne de Dieu et digne des hommes et des femmes, des enfants, des jeunes, des personnes âgées qui y participent. Il s'agit de promouvoir une liturgie bien formée, chaleureuse, canonique, rayonnante conforme à l'Église catholique romaine. Pour y arriver cela dépend de notre propre investissement de ce que nous vivons à long terme c'est-à-dire du Seigneur et de l'eucharistie. Cela suppose notre fidélité dans la durée. ça dépend de la qualité de la beauté de l'autel, de la qualité de la propreté des linges d'autel et de tout ce qui est nécessaire à la célébration de la liturgie. Toit doit être beau,  avec un bon éclairage, une bonne sonorisation, des belles fleures... Voyez avec les fabriques d'Église, dit l'archévêque comment rendre cela possible. Il s'agit d'investir réellement dans la qualité des moyens que nous mettons dans la liturgie sans oublier d'être proche es pauvres. Voir le choix du répertoire des chants, de la liturgie de la parole.

    d- Attention à la piété populaire: pélérinage, procession, litanie, adoration, rosaire, neuvaines...

    e- Que nos paroisses, secteurs soient des écoles de prière avec une liturgie dominicale et une liturgie journalière qui amplifient les différentes formes de spiritualité et où se multiplie des lieux où se pratique l'adoration de manière longue et dans la durée pour intérioriser la grandeur de l'eucharistie dans un temps d'adoration qui nous permet de découvrir le sacrement de réconciliation: "Éloigne toi de moi, je suis un homme pécheur). Pour promouvoir le sacrement de réconciliation, il importe d'associer les prêtres pensionnés, retraîtés...

    f- Avoir des églises ouvertes pour y accueillir notamment des visiteurs, mais aussi des initiatives concertées de diaconie, des services des personnes les plus pauvres de la société. Ces initiatives de diaconie se caractérisent à profusion par le nombre des initiatives prises par les chrétiens pour l'accueil des refugiés, les magasins de seconde main, des lieux pour apprendre les langues, pour être ensemble, dans la convivialité, pour les cafés, les Ka-Fe, pour rencontrer les gens. Toutes ces initiatives sont louables et merveilleuses car elles témoignent de l'unité entre la foi et la diaconie mise en pratique ensemble avec des laïcs dans le respect des convictions et des personnes. Car le témoignage par l'annonce passe aussi par le témoignage de la proximité, de la charité

    g-Organiser des missions paroissiales, décanales en s'appuyant sur les ressources voisines, voir des communautés renouvelées. Approfondir les visites des domiciles, des écoles pour rencontrer les jeunes. Promouvoir les initiatives toutes boites notamment pour différentes activités afin d'en informer le maximum des paroissiens ou d'habitants notamment pour la mission évangélisatrice paroissiale, voir décanale.

    h- Avoir et voir des contacts tout simple avec les gens, aller chez les malades, faire des visites. garder du temps pour des contacts tout simple avec le tout venant, faire des petites tournées à pieds, à vélo. Mettre les informations dans les bulletins paroissiales dans toutes les boîtes.

    i- Promouvoir les blogs ou sites de la paroisse mais aussi envoyer des messages par émail dans les boites émail des chrétiens, des habitants pour établir la communication et le contact chaleureux lors des grands moments existentiels de vie, lors des visites aux malades. Visiter des paroissiens dans des maisons de repos et des soins, dans les cliniques. Pensez ensemble dans une belle fraternité sacerdotale en se convertissant à l'essentiel, c'est-à-dire le Seigneur et l'Esprit Saint qui travaillent sur nous les petits instruments habités par le Seigneur et l'Esprit -Saint pour rayonner le nom du Seigneur et la force du Saint Esprit et non notre propre nom. Nous n'avons jamais comme produit à vendre qu'un autre, nous sommes toujours au nom d'un autre. Faire tout ce qui est possible pour qu'on ne pense pas beaucoup à moi mais à un autre, le Christ, son Eglise.

    j- L'humilité et la proximité amplifiées par l'adoration au Saint Sacrement, comme le fait le Pape lui-même devant les foules lors des JMJ comme à Cologne. Le signe de la présence du Christ est dérisoire dans l'adoration du Saint Sacrement. Mais c'est lui que nous prions pour que ça soit lui qui agit. Il s'agit de parler au Seigneur présent dans l'eucharistie.

    L'archévêque conclut en encourageant les prêtres: "Que nous vivons unis au Seigneur dans notre manière de célébrer, d'annoncer, de témoigner mais aussi de montrer aux gens que nous sommes des serviteurs quelconques (Lc7). Si nous nous acquittons correctement de nos devoirs nous sommes des serviteurs indispensables mais quelconques. Lc12: Les serviteurs fidèles et vigilants seront servis par le Seigneur. Nous sommes des serviteurs quelconques que le Seigneur estime, auxquels il se fait lui-même serviteur, très aimé du serviteur de  tout ce  que nous servons nous tous sa personne, sa mission. Être très heureux pour le Seigneur, telle est le témoignage lumineux du souffle de l'Esprit qui amplifie et travaille en nous et avec nous personnellement et en ecclésialité pour la gloire de Dieu et le salut du genre humain, le salut des gens, le salut de  l'humanité toute entière, le salut de l'univers et mon propre salut à moi. Tel est le contenu que j'ai retenu de la recollection que monseigneur André-Joseph LEONARD, Archévêque de Malines-Bruxelles a donné au prêtres du Vicariat du Brabant Wallon pour l'entrée en carême. Nous disons merci à monseigneur.

    Nous allons à présent poursuivre notre réflexion sur la morale dans l'Ancien Royaume du Kongo chez les Bakongo au regard du révérend Père Van Wing, pour déceler la reliance entre nuctosophie, secte de Kimpasi, morale, prise de parole publique et agir pluriel. ET dire alors? (A suivre). Père Hubert Adelain Mayituka Mangangula. Desservant. Curé d'Orbais.(PERWEZ).