• Le regard chrétien sur la sexualité humaine à la lumière de st Paul.

     Nous poursuivons ici la réflexion de monseigneur André Joseph LEONARD, Archevêque de Malines-Bruxelles lors de la récollection des prêtres du Vicariat Général du Brabant Wallon au Monastère des Bénédictines à Rixansart.

    L'étude approfondie  de la première lettre de saint Paul à la communauté de Corinthe, nous donne, aux chapitres six et sept des indications sur le regard du Christ et sur celui posé sur le Christ, sur l'Esprit du Christ pour percevoir les merveilles qui nous permettent de réfléchir sur la morale conjugale et sur l'accompagnement des époux. L'amour du Christ pour son Eglise manifeste l'alliance entre le Christ et son Eglise. Cette Alliance, les époux la confessent, la célèbrent et la témoignent par le sacrement du mariage en étant au clair avec les difficultés qui proviennent de l'unité, de l'union et de la communion entre le charnel et le spirituel, depuis le mystère de l'incarnation et qui responsabilisent les époux dans la relation interpersonnelle et l'ouverture de la vie mais aussi dans les exigences de l'indissolubilité et de la croissance en  sens e pour donner la vie. Les époux apprennent à considérer et à comprendre leurs corps et leur sexualité à la lumière de la foi chrétienne. Dans le contexte de nos paroisses respectives nous devons être attentifs aux réalités des familles et de la famille en général pour mieux observer, percevoir, écouter, prier, comprendre et accompagner les enjeux pastoraux actuels qui sont confiés à notre souci pastoral pour notre vie personnelle et pour la vie de la société. La famille a une valeur préférentielle auprès des gens. Cette conviction est paradoxalement traversée par un désarroi, celui des familles blessées, éprouvées qui expriment à travers ces blessures un cri, une expression de l'espérance. Nous sommes appelés à prendre au sérieux avec beaucoup de respect et d'attention la pastorale des gens qui ont connu l'échec conjugal. Il s'agit de toutes les personnes divorcées, séparées, remariées , sans oublier l'accompagnement de toutes les familles chrétiennes. Comment traverser les joies, les succès, les épreuves, les impasses de l'amour humain?  

    Nous devons donner une place de choix à la préparation au mariage car se marier religieusement à l'église est un pari merveilleux et redoutable. Saint Paul nous dit qu'une veuve, par exemple, peut se remarier en épousant un chrétien. Se marier pour les baptisés c'est se marier non à deux mais à trois ( l'homme, la femme et le Seigneur). C'est donc exigeant. Nous comprenons pourquoi Jésus n'est pas suivi par certains car d'abord Jésus se met au dessus d'Abraham pour se prendre comme Dieu, ensuite, il se prend comme le lieu du repos du coeur humain ( Sabbat), et enfin il change ce qui était permis par Moïse, c'est-à-dire le divorce en mariage indissoluble. L'homme qui veut bâtir une tour, c'est-à-dire devenir son disciple doit savoir qu'avant de s'engager, il doit réfléchir pour ne pas s'arrêter en chemin.

    Partant de ce constat, monseigneur fait un parallélisme avec la vie des prêtres. Il affirme: "comme prêtres nous avons répondu à un appel surhmain, le célibat avec la solitude affective et l'absence des richesses. Chaque prêtre doit avoir l'honnêteté de se demander: Où j'en suis par rapport à ces exigences? Nous devons individuellement prendre le temps de réfléchir à nouveau et de prier ( A suivre). P. HUBERT  MAYITUKA